Une bouteille à la mer : Chapitre IV

CHAPITRE IV – RÉVOLUTION

Révolution, solution, dissolution, abolition
Je voulais révolutionner le monde

Délire de jeunesse, ou ivresse ?
Arrogance ou innocence ?
Constante contestation, insurrection, insurgé
Combat constant
Suis-je héroïque ou égocentrique ?
Qui suis-je ?
Qu’est-ce que je prétends être ?
Faut-il se sauver pour sauver le monde ou bien faut-il que le monde nous sauve avant ?

Résistance, résilience, ou bien désobéissance ?

Le quotidien devient un combat, la place s’embrase, les cicatrices brûlent.
Le drapeau blanc est
entaché !
Ça commence par de l’indignation. Ça se poursuit en mobilisation. Ça s’articule avec de la réflexion. Ça donne de la conscientisation. C’est notre devoir de résistance.

Mais quelle résistance ?
Révoltons nous, contre eux, contre vous, contre nous, les uns contre les autres…

La colombe saigne, la branche d’olivier est cassée !

Nos cœurs s’embrasent, les esprits s’échauffent, s’affrontent et s’éclatent
Des corps tombent…

Mon cœur clame ses doléances,
Mon esprit présente ces condoléances
Mon âme n’attend que sa déchéance
J’attends ma créance
Désolé, mesdames et m
essieurs, nous rencontrons quelques turbulences
Je vous demanderai de faire preuve de patience
En raison du nombre d’affluence
s
Bientôt la paix, selon la prévoyance

Urgence ! Chaos ! L’état de siège est déclaré !

Est ce que ce sont nos choix qui nous conditionnent ou nous qui les conditionnons ?

Les phases de chaos où l’esprit est un champ de bataille
Où le cœur est brumeux
Où l’âme erre
Le chaos avant la paix ?

La vie nous impose, nous met sous hypnose jusqu’à en faire une overdose.

La révolte s’impose ! La base forme la rébellion afin de mettre le système hors-compétition.
Il faut avant tout se révolter contre le mal émanant de nous-même. Sortir de notre matrice ! Cataclysme ! C’est l’émeute et la terreur !

Les réfractaires sont souvent les commanditaires qui forment des cratères et laissent les protestataires.

Et il y a les réactionnaires qui ne sont là que lorsque l’odeur de poudre est dans l’air

Des royalistes aux réformistes
Des capitalistes aux anarchistes
Où sont les pacifistes ?

Ah les pacifistes…

Gardien de la paix et du désordre
Chiens de garde, à en démordre
Étouffement et abus d’autorité
Vérité court-circuitée
État d’urgence ? Ou état de toutes les violences ?
État avec déficiences
Bavure ou souillure ?
Dans la société, il y a une déchirure
L’odeur nauséabonde des excès de zèle
Ces images surréel
les
Les matraques qui s’abattent
Les gazages lacrymogènes qui éclatent
Asphyxié, bousculé
Gardien d’Acier
Cet uniforme, conforme au
x normes ?
Ou plutôt manière d’être filiforme ?
Est
prônée la démocratie,
Sous forme de diplomatie
Mais prend place la voyoucratie
Autocratie, technocratie, et suprématie
Les bouleversements ont poussé les soulèvements, ils ont promis le changement, mais ce n’était qu’un renversement, et c’est le début de
l’effondrement

Vos mots ne sont qu’illusions, vos discours ne sont que distractions, divertissements du 20h et mascarade continue

Le politiquement correct je l’ai abandonné au coin de la rue quand j’ai rencontré l’hypocrisie et l’horreur derrière ces faux-semblants !

Anti-héros !

Les jeux d’arcades, les embuscades et les jérémiades
Noix de muscade, fusillade, noyade
Sens, essence, innocence et désorienté

Je mets des paillettes et je fais face au monde.
Qui veut voir les backstages ? Et pourquoi ?

Je me barricade… On se croirait à Bagdad ! Un champ de bataille ! Des fusillades !

Entassés, confinés, insultés, humiliés, colonisés, dénaturés…

Rempli d’amertume
J’aiguise ma plume,
Frôle le bitume,
Brume, enclume, écume
Comme le veut la coutume
Me voici, à titre posthume.…

PSYCHOSE !

L’expertise a déclaré un sinistre ! L’État d’urgence est déclaré !

Nos cœurs sont corrompus
La gangrène a gagné tout le corps, c’est la dégénérescence !

C’est la souillure, la perversité et l’altération
Une vie de débauche et d’aliénation
L’impureté et l’obscénité
Péché originel,
frivolité et vénalité
Le vice et la pourriture

L’homme libre est celui qui a les chaînes les plus longues ? Est-il possible de les briser ? D’être un électron libre ?

Nous sommes en terrain conquis ! Nous sommes esclaves ! La seule égalité qu’on a réussi à atteindre c’est l’égalité devant l’esclavage. Un peu trop de cynisme ?
Peut-on s’exiler ? Peut-on s’expatrier ? Peut-on se désagréger ? Peut-on se libérer de notre matrice ? Notre passion meurtrière pour les immondices de ce monde, la corruption des hommes et l’avilissement des mœurs…
Peut-on espérer un miracle humaniste ?

Comme un vent de liberté
Comme une odeur de mensonge
Comme une illusion de songe
Comme une vue de merdier
Ça sent comme le carnage
Ils sont en plein déminage
Elle monte la rage !

Ce feu qui embrase les populations
La combustion
Les dirigeants sont des pyromanes
Mythomanes
Et quelque peu cleptomanes

La délinquance en col blanc !

Politique de l’autruche ? Coincé dans une ruche ? Et la chute !

Liberticide, fratricide et foutage de gueule !

J’allume un cierge
Je rends hommage à la Sainte Vierge
La Patrie
Son sang a coulé
Et le peuple est désavoué

Les termes du contrat étaient l’égalité et la justice
Pas la disproportion et le supplice
Beaucoup trop de sacrifices
Et pas d’armistice

Court-circuité et écarté
Gratuité et laïcité
Antidatés et exploités
Qu’est ce qu’on fait ?

République bananière
Société meurtrière
Kleptocratie, diplomatie, yakamakasi

Dans la pénombre Des Lumières
A l’ombre
Il y a la classe ouvrière
Une poudrière
A des années-lumière
La classe meurtrière

La civilisation me dit-on
Un éclair de néon

Dans l’obscurcissement des mœurs
Au travail le fossoyeur
Les menteurs

Cogito ?
Cogito E
rgo Sum ?

Cartésien est le doute
Caucasienne est la joute
La clé de voûte
La banqueroute

Ce sont des…

Alliances de circonstances
Sans constance
Assistance
Résistance, multi-résistance

Bordel ! Connerie Humaine !

Le monde est…

Difficile, imbécile, fragile, docile, et facile

Ça tombe dans le…

Consumérisme, magnétisme, égoïsme, séisme
Épicurisme, euphémisme, altruisme, athéisme

Société capitaliste,

Consommateurs de bonheur, d’amour et d’instanté…

Bandes d’anarchistes !

Matérialisme

Excès, succès, accès…

Toujours plus et jamais satisfait, en étant de carence
Suggestion, indigestion,
et combustion

Consommation, sur-consommation, et abnégation
Outranciers que nous sommes

Métro, boulot, dodo…

J’ai changé, je vais changer, je changerai
En fait…
Peut-être…

La forteresse a été brisée, le pouvoir royal est en danger ! Selon la légende nous allons payer une amende.
Une légende noire raconte… Chuut ! Ce ne sont que des affabulations !
Nous lui donnons beaucoup trop de charge symbolique
C’est bordélique !
Non c’est volcanique !
Nous attendons le roi Arthur
Qui libérera Excalibur
Mais a nous d’écrire notre épopée !

Je me demande…

Comment fait-on pour comprendre des gens dont la condition ne nous a jamais effleuré ?

Je me demande…

Comment fait-on pour être gardien et prisonnier en même temps ?
Sur le banc des accusés et juge ?
Est-ce un faux-procès ?

J’écope de la peine capitale
Prisonnière du temps

Ils se jouent de moi, ces gardiens de prison !
Attachée, trempée, noyée, implorant l’amnistie… Pourquoi ? Pourquoi ? Cris-je ! Pourquoi ? Mais personne ne m’entend, les vibrations font écho dans mon corps. Je me retrouve à genoux, mains dirigées vers le ciel… Je t’implore mon Seigneur apaise ma douleur, apaise ma douleur, pour une minute !

Âme clandestine…

L’Homme a perverti cette beauté, cette pureté, ce silence
C’est devenu un tonnerre intérieur !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s